A l’usage des supporters Brésiliens (un petit sauna facial, ça remonte le moral)

Soyons clairs, je n’ai aucun intérêt pour le football. Mis à part, ponctuellement, tous les quatre ans, pour un événement soit disant planétaire, jamais vous ne me trouverez devant un match.

Toutefois, j’avoue, être témoin de la déculottée d’avant-hier ne m’a pas vraiment mise en joie. Peut être parce que David Luis et moi faisons partie de la même secte capillaire, peut être parce que c’est moche de voir des hommes pleurer, pauvres petites bêtes.

En bref, à voir tous ces gens maquillés, la tête planquée sous des serviettes, je me suis dit, il faut faire quelque chose pour eux. Et la solution était toute trouvée.

Beaucoup de maquillage, donc une peau qui étouffe, le besoin de se recentrer sur soi, coupé du monde… ce dont ils avaient besoin, c’était tout simplement un sauna facial !

Malins, ils avaient déjà les deux tiers des ingrédients : la sus-mentionnée serviette, et surtout pour eux, la coupe était pleine.

Pour faire comme eux, voici ce qu’il vous faudra :

  • une serviette
  • un grand bol ou un saladier
  • un morceau de concombre
  • un peu de thé matcha
  • un mortier
  • de l’eau bouillante
  • un coton démaquillant

Maintenant, on se met dans la peau du supporter dépité.

  • Serviette sur les épaules, on efface son joli maquillage auriverde (en version non-stade, ça donne « on se démaquille »).
  • Puis on pose le morceau de concombre au fond du saladier, et armé de son pilon, on s’acharne dessus en imaginant qu’il s’agit de Klose ou de Joachim Löw (ce qui ne nous empêche pas de nous demander comment il fait pour rester toujours aussi bien coiffé, ça s’appelle le fair-play, c’est important).
  • Une fois que le concombre a été réduit en pulpe, rajouter le matcha et recouvrir le tout d’eau bouillante.
  • Mettre son visage au dessus du bol.

sauna facial

S’enterrer sous la serviette, et laisser la vapeur faire son œuvre. Attention, le but est d’ouvrir les pores, pas de se décoller l’épiderme à coup de brulure au 3ème degré. Du coup, on reste loin du bol au début, et on se rapproche au fur et à mesure que l’eau refroidit.

Pendant les 10 minutes que dure le traitement, on relativise, ce n’est que du foot/ qu’un sale con, un de perdu dix de retrouvés/ qu’une réunion merdique que tout le monde aura oubliée dans un mois… Bref, on laisse la sérénité se déployer comme un nuage autour de sa tête et chasser les idées et les points noirs.

Quand on a atteint le nirvana et/ou qu’il n’y a plus de dégagement de vapeur, on relève la tête, et on prend le coton (réutilisable et homemade, of course – voir mon billet sur le sujet) et on retire doucement tout ce que les pores ont largué.

Comme on est toujours dans un état de Zen parfait, on ne hurle pas en voyant la couleur du coton. Qui n’est pas réjouissante, il faut bien le dire.

coton

On se regarde dans la glace, on constate que sa peau n’a plus rien à envier à celle des jeunes allemandes pré-pubères et on sourit.

Cette vilaine défaite n’est plus qu’un mauvais souvenir.

De rien !

 

Cécile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s