Glamglow Youthmud : un masque qui pique le visage et le porte-monnaie

Glamglow Youthmud,  un masque qui connaît des avis dithyrambiques mais qui me laisse de marbre… ou plutôt qui pique un peu trop pour son prix.

Je ne suis pas particulièrement fashion victime de la beauté. Certes j’aime bien changer de produits souvent, mais c’est plutôt parce que je m’ennuie rapidement que parce que je cherche à toute force à tester des nouveautés. Pour résumer, j’aime bien tenter de nouvelles patouilles, mais plus que amusement que par snobisme-oh-mon-dieu-c’est-pas-encore-sorti-il-me-faut.

Ce petit préambule est nécessaire, car je vais vous parler de Glamglow Youthmud, masque qui, si j’en crois ma tête chercheuse beauty addict  (une des deux autres boucles) serait ce qui ferait de plus « in » dans la blogosphère actuellement. Ou au moins il y a un mois, date de sortie de la little box par laquelle j’ai mis la main sur cette petite bête.
Glamglow 2

 D’abord, il faut prendre son courage à deux mains. L’aspect du masque n’est pas très engageant. Du coup, on comprend qu’ils aient choisi de l’appeler Glamglow. Il vaut effectivement mieux se concentrer sur le glam futur que vous promet le produit que sur l’aspect proprement répugnant qu’il vous donne quand vous l’avez sur le visage.
 Petit conseil, couchez vos enfants avant de le mettre. Ursula sorcière de la mer, Maléfique ou la sorcière de Blanche-Neige, c’est de la gnognote par rapport aux hurlements que votre face tirera des têtes blondes. Car Glamglow a la particularité charmante d’inclure des bouts de trucs un peu gluants et assez peu ragoûtants.
A priori, il s’agirait de feuilles de thé. Mais quand vous les rencontrez pour la première fois, croyez moi, vous n’avez pas tellement envie de leur demander leur nom. Et elles empêchent de poser le masque de manière uniforme sur le visage : pâtés assurés. Et ça c’est très énervant. Psychorigide un jour, psychorigide toujours.
En plus de ces pâtés, Glamglow est sablonneux. Ça ne me dérange pas, car je suis adepte du « faut souffrir pour être belle ». Si ça ne pique pas, si ça ne tire pas, si ça ne rougit pas, si ça ne fait pas peler, pleurer, crier, alors ÇA NE MARCHE PAS.
Là, franchement je suis servie. Après l’application petits grains/gros pâtés et l’odeur de détergeant, on ne peut pas dire que le temps de pose soit une partie de plaisir. Ça pique et ça tire à max.
Glamglow-1
De retour dans la salle de bain avant de rincer, vous aurez l’effroyable plaisir de faire connaissance avec chacune de vos pores en 3D. Sans les lunettes qui vont bien. Miam.
Après rinçage, la peau est douce, les pores resserrés, le résultat est là. Mais franchement, pas plus que d’autres masques, moins chers (il coûte quand même la bagatelle de 49,90€ le pot de 50ml chez Sephora) et nettement moins douloureux.
Ma conclusion : âmes sensibles s’abstenir. Pour les autres, si on vous l’offre ou si vous obtenez un échantillon, allez-y, mais autrement je ne pense pas que ça vaille le coup.
Cécile
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s